COVID-19

MONTRÉAL, le 19 mars 2020 /CNW Telbec/ – L’Ordre des podiatres du Québec a demandé à ses membres de reporter les rendez-vous non urgents, depuis le 16 mars, pour libérer des plages horaires dédiées aux urgences podiatriques.

Qu’est-ce qu’une urgence podiatrique?

Les podiatres peuvent recevoir les patients qui présentent des conditions nécessitant une consultation d’urgence :

  • Plaies aux pieds à risque d’infection (diabétique, problème de circulation)
  • Traumatismes récents (chute, fracture, entorse sévère)
  • Ongle incarné sévère (écoulement, pus, douleur importante)
  • Douleur musculo-squelettique invalidante (incapacité de mettre son pied au sol)

Nous demandons aux personnes diabétiques de porter une attention particulière aux signes avant-coureur d’une infection. Par exemple, une ampoule peut rapidement devenir un abcès, un ongle douloureux peut s’incarner et s’infecter. « La condition des patients diabétiques, si elle n’est pas prise en charge à temps, peut se détériorer plus rapidement et devenir une urgence qui requiert des soins hospitaliers. C’est précisément ce que nous souhaitons éviter afin de ne pas encombrer les salles d’urgence déjà fortement sollicitées » a précisé Dre Anne-Marie Duchaine, la présidente de l’Ordre des podiatres du Québec.

Dans tous les cas, nous demandons aux patients de communiquer avec la clinique avant de se déplacer, par exemple, pour s’assurer que le service requis est offert. Cela permettra également au personnel de la clinique de communiquer les directives mises en place.

Les rendez-vous non urgents

Le report des rendez-vous non urgents a aussi pour objectif de protéger la santé des patients face au risque de propagation de la COVID-19 et s’inscrit dans le cadre des mesures préconisées par les gouvernements. Les podiatres ont mis en place des mesures exceptionnelles pour s’assurer que les cliniques podiatriques ne soient pas des vecteurs de contagion.

Pour les individus de 70 ans et plus, ceux qui reviennent de l’étranger ou qui présentent toutes formes de symptômes grippaux, nous vous demandons de ne pas vous déplacer en clinique de podiatrie. En cas de doute, communiquez par téléphone avec votre podiatre qui pourra vous guider.

Nous demandons également à la population en général d’éviter de consulter un podiatre pour motifs non urgents suivants :

  • Soins de pieds (coupe d’ongle, débridement de la corne, des cors plantaires et callosité)
  • Verrue plantaire
  • Évaluation de la démarche
  • Mycose des ongles (champignons)
  • Suivis pour les orthèses plantaires
  • Remise des orthèses
  • Thérapie physique (laser, ultrasons, etc.)
  • Douleur tolérable pour laquelle il est possible d’attendre 14 jours

Les membres de l’Ordre des podiatres du Québec ont le souci de contribuer aux efforts et de soutenir les autres professionnels de la santé, dont les médecins qui sont appelés à traiter les cas urgents.

À propos de l’Ordre des podiatres du Québec

L’Ordre des podiatres du Québec est l’un des 46 ordres professionnels du Québec et a pour mission principale la protection du public par l’encadrement et la surveillance de l’exercice de la profession. À cette fin, l’Ordre veille au respect du Code de professions, de la Loi sur la podiatrie et de tous les règlements qui en découlent, dont notamment le Code de déontologie des podiatres.

SOURCE Ordre des podiatres du Québec

Renseignements: Martine Gosselin. MBA, Adm.A., ASC. Directrice générale et Secrétaire de l’Ordre des podiatres du Québec. [email protected]

Comment s’y retrouver entre le podiatre, l'orthopédiste, l'infirmière en soins podologiques, l'orthésiste, le pédicure, l’hygiéniste en soins des pieds et le podologue?

Le podiatre est un professionnel de la santé habilité à diagnostiquer et à traiter les conditions relatives au pied. Il possède une formation universitaire, soit un doctorat de premier cycle en médecine podiatrique. Certains podiatres détiennent également une résidence en chirurgie podiatrique.

L’orthopédiste est un médecin détenant un doctorat de premier cycle en médecine générale, ainsi qu’une résidence en chirurgie orthopédique. Il prodigue des soins médicaux et chirurgicaux qui traitent les os, les articulations, les ligaments, les muscles, les tendons et les nerfs.

Représenté par l’Association des infirmières et des infirmiers en soins podologiques du Québec, l’infirmier(ère) en soins podologiques est un(e) infirmier(ère) ou un(e) infirmière auxiliaire qui détient une formation de 160 heures en soins des pieds. L’infirmier(ère) en soins podologiques ne peut pas traiter de pathologie sans avoir obtenu au préalable un diagnostic d’un podiatre ou d’un médecin. Il(Elle) ne peut pas prescrire de médicaments, à l’exception des médicaments en vente libre. La différence entre l’infirmier(ère) et l’infirmière auxiliaire est que cette dernière doit obtenir une ordonnance du médecin ou du podiatre ou un plan de traitement infirmier pour pouvoir prodiguer des soins de pieds. Plusieurs infirmiers(ères) en soins podologiques travaillent en clinique, auprès de podiatres. Il faut aussi savoir qu’un(e) infirmier(ère) ne peut pas faire de diagnostic.

L’orthésiste a suivi une formation collégiale. Considéré davantage comme un technicien, il fabrique et ajuste les orthèses et prothèses selon l’ordonnance du podiatre (dans le cas des orthèses plantaires) ou du médecin. L’orthésiste ne peut pas vous évaluer, sauf dans le cas de l’ajustement de l’orthèse prescrite.

Il peut néanmoins, à la suite d’une ordonnance, contribuer à l’évaluation d’un patient sous immobilisation dans le cadre du suivi de sa condition. L’orthésiste peut également ajuster ou réparer des orthèses sans ordonnance lorsqu’il s’agit d’adapter une orthèse ou d’en prolonger l’utilisation lorsque l’état physique de la personne n’a pas changé et si les ajustements ou réparations ne modifient pas l’ordonnance originale.

Le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ont reçu une formation axée sur la beauté du corps et l’esthétisme. Certaines écoles offrant ces formations ne sont pas reconnues par les commissions scolaires ou le ministère. Ces formations donnent faussement l’impression qu’elles permettent de prodiguer des soins des pieds. Cette pratique consiste en un exercice illégal de la podiatrie. Légalement, le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ne peuvent ni diagnostiquer, ni traiter de condition.

Le podologue a reçu une formation qui, au Québec, n’est pas reconnue par la Loi sur la podiatrie et qui n’équivaut pas à celle d’un podiatre. En ce sens, le podologue n’est pas membre de l’Ordre des podiatres du Québec et n’est pas considéré comme un professionnel au sens de la Loi. Ainsi, lorsqu’il effectue des actes réservés aux podiatres, ces actes consistent en un exercice illégal de la podiatrie.

Reçu pour assureur, lorsqu’il s’agit de rembourser les frais pour les soins prodigués à vos pieds, il est important de savoir que l’assureur exigera qu’ils soient exécutés par un podiatre. Toute autre personne qui donne des soins de pieds ne peut qu’émettre des reçus de naturopathie. Si vous présentez de tels reçus à votre assureur, vous courez le risque de voir votre demande de remboursement refusée.

Est-ce que les frais pour une consultation podiatrique sont couverts par la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ)?

Sauf exemption pour les programmes de soins de plaies spécialisés, les frais de consultation podiatrique ne sont pas remboursés par la RAMQ.

Est-ce que les compagnies d’assurance remboursent les soins en podiatrie?

Les frais liés aux soins en podiatrie sont souvent couverts par les compagnies d’assurance. Toutefois, renseignez-vous auprès de votre assureur avant de prendre rendez-vous avec le podiatre, puisque les couvertures varient d’une compagnie à l’autre.

Est-ce que le gouvernement rembourse quand même certains frais liés aux soins en podiatrie?

Oui, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale offre certains remboursements si vous devez porter une orthèse plantaire. La prestation spéciale « Orthèses plantaires » peut être reçue sous conditions, au premier chef desquelles figure l’attestation (document signé) par un médecin de la nécessité du besoin. La prescription d’une orthèse faite par un podiatre est également acceptée.

Dans les deux cas, le document doit préciser la nature de la prestation demandée; s’agit-il d’une chaussure fabriquée sur mesure, d’une chaussure de série, mais correctrice, d’une orthèse, etc.? Un même prestataire peut être dédommagé à la fois pour une orthèse et pour une chaussure spéciale. Le matériel orthopédique est remboursable jusqu’à concurrence de 180 $ la paire. La ou les orthèses ne peuvent être remboursées qu’au rythme d’une fois au deux ans, sauf s’il s’agit d’un remplacement attribuable à la croissance de l’enfant. Notez que les chaussures standard qui reçoivent l’orthèse plantaire ne sont pas couvertes.

http://www.mess.gouv.qc.ca/regles-normatives/b-aides-financieres/05-prestations-speciales/05.01.03.72.html

Est-ce qu’un podiatre peut m’aider dans mon choix de souliers pour le travail? Peut-il m’en prescrire?

Oui. Le podiatre peut vous donner de judicieux conseils quant au type de souliers à porter selon votre condition. Il est également apte à vous prescrire des souliers orthopédiques ou faits sur mesure, en cas de besoin.

Mon enfant joue au soccer et ressent souvent des douleurs au talon. Dois-je m’inquiéter?

Si votre enfant ressent régulièrement des douleurs lors de ses activités sportives, il est préférable de lui faire consulter un podiatre pour une évaluation de sa condition. Par la suite, le podiatre sera en mesure de déterminer la problématique de votre enfant et d’établir un plan de traitement approprié afin de remédier à la situation.

Je pense que mon pied est cassé ou foulé. Un podiatre peut-il m’aider?

Oui. Le podiatre est habilité à réaliser des radiographies et à lire les clichés des pieds. Si vous avez bel et bien une fracture ou une foulure, le podiatre peut intervenir en immobilisant votre pied par différentes méthodes. Il peut également vous référer en chirurgie orthopédique, au besoin.

Quelle est la différence entre l’orthèse d’un podiatre et celle d’une orthésiste?

Puisque le podiatre diagnostique et traite les affections locales du pied et que l’orthèse qu’il prescrit traite et corrige un problème, la prescription qu’il ordonne est très précise.

L’orthésiste est tenu de fabriquer une orthèse conforme aux directives indiquées sur l’ordonnance du podiatre. Par contre, il n’est pas habilité à corriger lui-même un problème de pied, puisque, contrairement au podiatre et au médecin, il n’est pas autorisé à poser un diagnostic ou à modifier mécaniquement la position du pied. Ainsi, plus la prescription est précise, plus l’orthésiste peut fabriquer une orthèse répondant aux besoins du patient. L’orthésiste peut uniquement évaluer l’ajustement d’une orthèse, pourvu qu’un podiatre ou un médecin lui en donne l’ordonnance. L’orthésiste peut cependant ajuster ou réparer des orthèses sans ordonnance lorsqu’il s’agit d’adapter une orthèse ou d’en prolonger l’utilisation lorsque l’état physique de la personne n’a pas changé et si les ajustements ou réparations ne modifient pas l’ordonnance originale.

De plus, l’orthésiste ne peut pas évaluer la condition du patient. Il peut néanmoins, à la suite d’une ordonnance, contribuer à l’évaluation d’un patient sous immobilisation dans le cadre du suivi de sa condition.

Y a-t-il des podiatres qui pratiquent des chirurgies osseuses?

Oui. Certains podiatres ont fait une résidence aux États-Unis, précisément pour pouvoir pratiquer des chirurgies osseuses. Pour connaître la liste des podiatres pratiquant la chirurgie osseuse, veuillez communiquer avec l’Ordre au (514) 288-0019 poste 241.

Pourquoi le podiatre demande-t-il parfois une prescription de la part de mon médecin?

Le podiatre peut utiliser et prescrire certains médicaments dans le cadre de sa pratique. Cependant, au Québec, les antibiotiques ne font pas partie de la liste des médicaments que le podiatre est autorisé à prescrire. Pour vous permettre de bénéficier d’une chirurgie sécuritaire et d’un suivi adéquat, votre podiatre s’assure, de pair avec votre médecin, que la médication nécessaire vous est prescrite. Si vous lui en donnez la permission, le podiatre informe votre médecin des suivis résultant de votre chirurgie et de toutes ses interventions.

Un podiatre peut-il administrer des injections de cortisone?

Oui. Un podiatre peut administrer des injections de cortisone. Par contre, il convient de vérifier sur le site de l’Ordre, dans la section Trouver un membre, s’il offre ce service.

Est-ce normal de ne rencontrer que l’assistant d’un podiatre lors d’un rendez-vous?

Non. Le podiatre est tenu de vous rencontrer à chacune de vos visites. Puisqu’un assistant n’est pas un professionnel de la santé reconnu par la Loi sur la podiatrie, il ne peut se livrer à des activités qui en découlent. Cela constituerait un exercice illégal de la podiatrie.

Toutefois, l’infirmière ou l’infirmière auxiliaire peut prodiguer certains soins qui ne relèvent pas du domaine de la podiatrie sous ordonnance. Mais même dans ces cas, le podiatre est tout de même tenu de vous rencontrer. Quant aux étudiants, puisqu’ils ne sont pas membres de l’Ordre et qu’ils ne détiennent pas de permis de pratique, ils doivent être supervisés par un podiatre pour pouvoir exercer.

Est-il normal que plusieurs ajustements à mon orthèse soient nécessaires?

Oui. Puisque l’adaptation à une orthèse varie d’une personne à l’autre et qu’elle peut dépendre du problème à traiter, plusieurs ajustements sont souvent nécessaires. Le podiatre doit assurer le suivi et établir le bilan du traitement.

Laser et la mycose des ongles

L’Ordre des podiatres du Québec a été récemment interpellé sur l’utilisation du laser pour traiter la mycose (présence de champignons au niveau des ongles). Voici quelques précisions utiles :

EST-CE QUE LE LASER GUÉRIT LA MYCOSE DES ONGLES?

Comme Santé Canada l’a souligné par son avis émis le 25 juillet 2019, il n’y a pas d’études permettant de conclure que le laser permet le traitement de l’infection des ongles causée par la mycose. Le laser ne permettrait possiblement que d’améliorer temporairement l’apparence esthétique de l’ongle infecté. Vous pouvez consulter cet avis émis par Santé Canada : L’utilisation d’instruments médicaux à laser pour le traitement de la mycose de l’ongle n’est pas autorisée.

EST-CE QUE MON PODIATRE PEUT M’OFFRIR LE TRAITEMENT PAR LASER POUR LA MYCOSE DES ONGLES?

Non. Avant d’aborder les questions esthétiques, la priorité de votre podiatre est d’identifier et de traiter l’infection de l’ongle par la mycose. Après résolution de l’infection par mycose, votre podiatre peut vous proposer d’améliorer l’apparence esthétique de vos ongles avec le laser. D’autres procédés, tels que le débridement régulier de l’ongle ou l’ablation chirurgicale de l’ongle, sont également possibles.

COMMENT DEVRAIT SE DÉROULER UNE RENCONTRE AVEC MON PODIATRE POUR UN TRAITEMENT DE LA MYCOSE?

Dans un premier temps, le podiatre doit poser un diagnostic podiatrique afin de déterminer si vous êtes bien atteint d’une infection de type mycose. Un questionnaire sur vos antécédents de traumatismes aux ongles, de vos habitudes de vie (sport, présence d’humidité, type de travail ou d’activités, choix de chaussures) ainsi que de votre condition médicale est nécessaire pour cerner d’autres causes pouvant mimer des symptômes similaires. Dans certains cas, le podiatre pourrait prélever un échantillon de votre ongle pour un test en laboratoire ou une culture complémentaire pour déterminer ou non la présence de mycose.

À la lumière de son évaluation et de l’examen physique, le podiatre vous proposera un plan de traitements qui tient compte de votre état de santé général, de vos attentes et du risque de récurrence.

QUELLES SONT MES OPTIONS DE TRAITEMENT :

Deux types de traitements sont scientifiquement reconnus pour traiter la mycose de l’ongle.

Le traitement le plus couramment prescrit consiste en l’application d’un médicament liquide directement sur la plaque de l’ongle atteint. Ce médicament doit être accompagné d’un débridement (amincissement) régulier de l’ongle, d’un changement dans l’hygiène de vie et du contrôle de l’humidité dans la chaussure.

Principalement utilisé dans le cas d’un échec du premier traitement ou lors d’une atteinte de la lunule (base de l’ongle), le traitement par prise de comprimés pour une période d’un à quelques mois est jugé parmi les plus efficaces. Cette option comporte toutefois de possibles effets secondaires et nécessite des tests sanguins avant de débuter le traitement. Un suivi rigoureux de la fonction hépatique est alors recommandé par la suite.

Il est donc recommandé de refuser toute intervention au laser si votre professionnel de la santé mentionne que cette technique peut traiter et résoudre une atteinte de mycose de l’ongle.

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE GUÉRIR LA MYCOSE DES ONGLES?

Même par l’utilisation d’une médication antifongique en comprimé, le taux de guérison complète de l’ongle est modéré. L’utilisation d’un médicament topique (directement appliqué sur l’ongle) pour 48 semaines obtient généralement des taux de guérison peu élevés, et cela, malgré une application quotidienne.

Il est donc important de noter qu’au niveau des pieds, la croissance lente de l’ongle, la circulation sanguine réduite et le port de chaussures sont des facteurs d’échec et de récurrence de cette maladie. Votre podiatre vous informera sur les risques de récidive et de la prévention à apporter.

POURQUOI CONSULTER UN PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ COMME L’INDIQUE L’AVIS DE SANTÉ CANADA?

D’autres problèmes de santé (psoriasis, blessures répétées aux pieds, eczéma, mélanome, chimiothérapie…) peuvent reproduire l’apparence de mycose au niveau des ongles. Ces maladies doivent donc être diagnostiquées par votre professionnel pour éviter tout traitement inutile et superflu.

Sources :

1-     Gupta AK et autres. Therapies for onychomycosis: a systematic review and network meta-analysis of mycological cure. Journal of American Podiatric Medical Association 2015; 105 (4) : 357-366.

2-     Tosti, A et autres. Onychomycosis. An illustrated guide to diagnosis and treatment. Springer 2017, 223 pages.

3-     Baran Robert et autres. Baran and Dawber’s Diseases of the nails and their management. Éditions Wiley-Blackwell, 4e édition, 820 pages.

4-     Gouvernement du Canada (30 juillet 2019). Rappels et avis de sécurité. L’utilisation d’instruments médicaux à laser pour le traitement de la mycose de l’ongle n’est pas autorisée : http://canadiensensante.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2019/70553a-fra.php

Les renseignements contenus sur cette page ne peuvent en aucun cas remplacer l’avis d’un professionnel de la santé dûment qualifié et vous sont fournis à titre informatif seulement. Ils vous permettront de poser des questions éclairées à votre podiatre.